Les films finalistes

Découvrez ci-dessous les 10 films finalistes sélectionnés, au sein des 30 films en compétition, par le jury composé de Véronique Aubouy (cinéaste, écrivaine, performeuse), Emmanuel Chaumet (directeur de la société de production ECCE), Bertrand Dezoteux (artiste, cinéaste) et Marta Ponsa (responsable des projets artistiques et de l’action culturelle du Jeu de Paume). Ils seront diffusés les 9 et 11 février à 19h, en ligne, dans le cadre du festival Hors-Pistes organisé par le Centre Pompidou.

Séance du mardi 9 février à 19h 

Je peux changer mais pas à 100% (40 min)
d’Amie-Sarah Barouh
Beaux-Arts de Paris
_
Le film commence par une promesse amoureuse : je peux changer. Une promesse trop souvent entendue, une promesse que l’on sait fausse d’avance. Amie est tombée profondément amoureuse de Boby, un jeune homme Rom roumain qui vit dans la rue et qui consomme du crack. Ensemble, ils ont vécu entre le parking de la Gare de Lyon et des petits hôtels parisiens une histoire d’amour folle, qui n’a pourtant pas réussi à faire changer Boby. Car il aime la liberté de la rue, où il a grandi, la seule forme de foyer qu’il connaisse. Amie, jeune femme franco-japonaise élevée dans un milieu d’artistes cosmopolites, a fait de ce chagrin d’amour une chronique déchirante sur leur relation impossible. Je peux changer mais pas à 100% est un récit d’une intimité brutale, hors norme, qui nous invite à découvrir les sous-sols impénétrables et la communauté qui y habite, sans préjugés. Complètement démunie par l’échec de son amour, qui n’a pas été suffisamment fort pour faire changer Boby, la réalisatrice utilise le cinéma comme seul moyen pour soigner sa blessure. Ou peut-être pour écrire une lettre d’amour déchirante à celui qui ne lit pas mais qui parle toutes les langues. Et nous, nous en sommes les témoins privilégiés.

HORS-COMPETITION
Quelque Chose de Fou ou de Divin (10 min)
de Lisa Di Giovanni
École des Métiers du Cinéma d’Animation, Angoulême
_
Une dizaine d’humains hédonistes vivent dans une nature vierge et bienveillante. De manière soudaine, l’un d’entre eux, Arthu, est mystérieusement frappé d’un malaise : il s’ennuie. Désespéré, il part à la recherche d’une distraction, mais rien ne lui suffit. Alors, il se rend à l’évidence : lui seul doit vivre avec son mal-être.

Béton Amer (15 min)
de Margot Lançon & Chloé Simonin
Haute école d’art et de design, Genève (Suisse)
_
À l’aube, une bande d’amis se retrouve sur les toits d’une école à Athènes. C’est leur rituel. Ils surplombent la ville, cette ville qui sera à eux jusqu’au matin suivant. Le film raconte l’errance d’un groupe d’adolescents à la périphérie d’Athènes. Ils traverseront un lieu gardé sous haute surveillance : Hellinikon. Pendant six décennies, Hellinikon a été le seul aéroport d’Athènes. En 2004, il accueille les infrastructures des Jeux Olympiques. Depuis, les mauvaises herbes ont envahi les ruines des équipements sportifs. Toutes les marques de son passé sont encore, comme sédimentées, inscrites à Hellinikon. Les jeunes décident de s’y introduire avant que le site ne soit rasé, transformé, avant que sa mémoire ne disparaisse.

Dans la main de Janus (18 min)
Film réalisé dans le cadre d’un workshop par Léonardo Ahumada, Sule Aydin, Ambre Bonnefoi, Jules Charabouska, Julie Chevassut, Daniel Duque, Paul Ricci, Laëlis Robert, Massood Sabri, Behya Selmi, Nikita Suaud et Anaïs Van Wambeke.
Institut supérieur des arts de Toulouse
_
Comme dans une course où des sprinteurs se passent tour à tour un relais, des personnages prennent l’un après l’autre en charge le cours de l’histoire. Les interactions furtives entre eux permettent ainsi à ces différents auteurs de se passer la main.
 
Le Taxi de Sun City (17 min)
de Thomas Trichet
École nationale supérieure des Arts Décoratifs, Paris
_
Charles est victime de phobies d’impulsion et de ruminations qui l’inquiètent et le perturbent. Son quotidien est empoisonné par des visions de lui commettant des actes criminels ou délictueux envers son entourage. À travers ses pensées omniprésentes en voix-off, il s’interroge sur la nature de ses obsessions et de ses impulsions.

Séance du jeudi 11 février à 19h

La tourbière (26 min)
de Brieuc Schieb
École nationale supérieure des Arts Décoratifs, Paris
_
Uzec, Baptiste et Léo tuent le temps à Douarnenez. Leur ami Jordan s’est noyé déguisé en Bob L’éponge, au carnaval de l’an dernier. Tandis que les célébrations reprennent, des faits étranges se produisent. En partant d’un fait divers devenu une légende urbaine, La tourbière documente une jeunesse bretonne dont les seuls repères sont ceux du patrimoine régional.

Not here for the clothes (5 min)
d’Ophélie Demurger
École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon
_
À travers ce mash-up vidéo, je viens recréer une narration dans l’univers de la mode, et plus particulièrement autour d’un modèle précis d’escarpin, à la fois objet ultime de la féminité mais aussi ici comme une réelle arme de défense. Zoom, juxtaposition, ralentissement, me permettent de venir transformer ces images numériques piochées sur internet et les réseaux sociaux, et ainsi tenter d’apporter un voyage poétique pour tenter de rappeler le pouvoir qu’ont mes soeurs.

Le biais du scaphandrier (18 min)
de Zacharie Khelili
Beaux-Arts Nantes
_
Les scaphandriers sont des explorateurs. Ils tracent les histoires de quelques traversées.

Murmuration (4 min)
de Nina Segaut
école supérieure d’arts & médias de Caen/Cherbourg
_
2020 - 1945 : des archives sortent de terre, comme autant de poèmes, là où les bombardements de Caen refont eux aussi surface.

L’hiver et le 15 août (56 min)
de Jean-Baptiste Perret
École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon
_
Dans le massif central, quatre habitants parcourus par des forces singulières cherchent à se guérir les uns les autres.

  SI CINÉMA #2 / septembre 2020 / sélection des films en compétition
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / Prix des étudiant·e·s en écoles d'art
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / Tannhäuser, a Chávez boy de Cristian Mora Moret, Prix des étudiant·e·s en écoles d'art
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / "Je peux changer mais pas à 100%" d’Amie-Sarah Barouh, Prix du Centre Pompidou
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / "La tourbière" de Brieuc Schieb, Prix du Jury
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / Martin-pêcheur de Nguyen Le Phuong Linh, Prix des étudiant·e·s en écoles d'art
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / Prix du Centre Pompidou
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / "La tourbière" de Brieuc Schieb, Prix du Jury
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / Séance des films primés
  SI CINÉMA #2 / septembre 2020 / sélection des films en compétition
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / Annonce du palmarès
  SI CINÉMA #2 / Février 2021 / Séance des films primés
  SI CINÉMA 2021