Séance #4

Retrouvez ci-dessous les synopsis des films en compétition qui seront projetés le vendredi 21 janvier 2022 à 14h au Café des images dans le cadre du festival SI CINEMA.

NB : Pour assister à cette séance, merci de réserver votre place (gratuite, sur présentation du pass sanitaire) sur le site du Café des images.

Téléphone Maison (2021, 16min20)
de Lee Sinae
École nationale supérieure d’arts Paris-Cergy
_
Skyper avec mes parents est un acte vital depuis que j’ai déménagé en France. Nous nous appelons à16h en France et à 23h en Corée. Mes parents bâillent et, comme le bâillement est contagieux, je ne peux m’empêcher de bâiller moi-même. La vidéo contient des conversations Skype sur deux ans et la narration de mon texte sur la distance physique et psychologique entre la France et la Corée du Sud.

Furora Nova (2021, 3min03)
de Mathilde Cartoux
Institut supérieur des arts de Toulouse
_
Le Furora Nova traite jusqu’à 11500 tiges de pivoines à l’heure. Chacune de ces tiges est scannée individuellement et coupée à la bonne longueur. Les fleurs trop ouvertes sont rejetées et les tris sont ensuite bottelés pour avoir des ensembles les plus uniformes possibles. Fonctionnant 7 jours sur 7 pendant les 2 mois de pleine saison des pivoines, le Furora Nova évoque l’image d’un abattoir : une vraie violence surgit dans cette conformisation à un rythme étourdissant. J’ai voulu montrer cet étrange rapport entre la machine et le végétal qui se déroule à l’image. Ici, le temps de la machine est en radicale opposition avec le temps de la pousse d’une fleur. L’humain peine à suivre le rythme étourdissant dicté par le Furora, et toute image romantique donnée par la présence florale s’efface au profit de la lourdeur de l’installation.

Protocole n°34 (2021, 21min41)
de Clara Lemercier-Gemptel
Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon
_
Dans un vieil appartement, assises à une table, deux femmes décrivent des images. À la fenêtre, une inquiétante présence surveille leur discussion. Les comédiennes changent, le protocole se répète. Voici deux versions possibles d’un même film.

HYPERmnesia (2021, 13min)
d’Anna Lerchbaumer
Akademie der Bildende Künste, Vienne
_
HYPERmnesia est la dissection de la surface de l’écran. Il ne s’agit pas de texte, mais de pixels derrière une vitre. C’est ici que commence HYPERmnesia : une exploration sensuelle d’un monde dans lequel la mémoire, le paysage et leur médialisation picturale s’effondrent. Une randonnée, la numérisation de la surface d’une forêt, un enregistrement en haute résolution du passé et de ses fils, de ses tuyaux et canalisations vers le futur.

La dernière statue (2021, 8min35)
de Salomé Moindije-Gallet
école supérieure d’arts & médias de Caen/Cherbourg
_
Bientôt, le peuple des hommes ne sera plus là. Il ne restera que des empreintes au creux de cette botanique de la mort. C’est la dernière statue, elle aussi va mourir.

Les clones perdues et la moussante planète bulle (2021, 7min40)
de Gabriel Calais
Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs - Paris
_
À bord d’un petit vaisseau spatial, un équipage se clone pour passer le temps. Il attend paresseusement la découverte d’une vie extraterrestre. Lorsque enfin les clones débarquent sur une planète inconnue, elles ne découvrent à leur grande déception qu’une publicitaire qui veut leur vendre de la lessive.

Le tour du lac (2020, 30min44)
de Valentin Pinet
Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris
_
Annecy, l’été approche, l’année scolaire est sur le point de s’achever. Des jeunes amis vivent leurs derniers moments ensemble. Ils passent le temps, chantent, dansent, bronzent, font du vélo, mangent, boivent, et puis ils parlent : préoccupés qu’ils sont par leur avenir.

 

  FURORA NOVA - Mathilde Cartoux / Mention spéciale "programmation du jury"
  HYPERmnesia - Anna Lerchbaumer
  Le tour du lac - Valentin Pinet
  Protocole n°34 - Clara Lemercier-Gemptel
  "Téléphone Maison" de Lee Sinae / Mention spéciale "Programmation du jury"
  La dernière statue - Salomé Moindjie-Gallet
  Les clônes perdues et la moussante planète bulle - Gabriel Calais